Une enquête LeMagIT / TechTarget pointe du doigt des entreprises françaises qui anticipent en majorité une augmentation des budgets IT. Big Data, conformité et mobilité seront des axes d’investissement.
 
2017 sera-t-elle une année faste pour les budgets IT ?
Après une année 2016 placée majoritairement sous le signe du positivisme en matière de budgets IT, 2017 affiche à son tour des promesses de bourses déliées, même si pour certaines entreprises françaises, la retenue sera de rigueur. C’est ce que l’on pouvait retenir de la dernière étude Priorités IT 2017 du MagIT / TechTarget (propriétaire du MagIT) réalisée auprès de 200 représentants d’entreprises hexagonales (travaillant essentiellement dans la DSI).
 
Si 26,8% des répondants pensent que leur entreprise n’augmentera pas l’enveloppe budgétaire dédiée à l’IT, elles sont 36,6% à entrevoir une augmentation de crédits alloués à leur département. Et point positif : à 14,6%, cette hausse sera supérieure à 10%. Pour 13%, cette hausse sera inférieure à 5% tandis que pour 8,9%, elle devrait se trouver entre ces deux tranches (5-10%).
 
S’il faut certes nuancer ces chiffres – plus de 26% des répondants ne connaissent pas la tendance à venir en matière de budgets IT -, 10,5% croient savoir que le budget IT de leur entreprise connaîtra une baisse en 2017. Rationalisation de l’existant après une hausse des dépenses en 2016, réduction drastique, frilosité d’une année électorale, 5,7% des entreprises françaises interrogées anticipent une baisse comprise entre 5% et 10% en 2017 ; pour 2,4%, elle sera de plus de 10%.
 
Les services Cloud : une priorité pour 2017
En 2017, lorsque les entreprises décideront d’investir, la priorité sera mise sur les services Cloud. Sans surprise donc. Mais il s’agit là d’un signe que le Cloud est désormais ancré dans les entreprises hexagonales et choisi comme moyen de consommation d’une IT qui évolue – et d’une DSI qui doit donc se transformer. Stockage, ressources de calculs, mais aussi applicatifs, les services Cloud ont désormais pénétré les SI français, affirmant ainsi la position du pays sur le marché du Cloud mondial. Il n’est donc pas étonnant de voir les grands du secteur, comme Microsoft, Salesforce, Amazon, implanter leurs datacenters dans le sol français. La recherche d’une proximité entreprise – centre de calcul devient essentiel, tant d’un point de vue performance et qualité du service client que régulation.
 

Lire la suite pour en savoir plus.


 

A propos de l'auteur :




Carrefour d’information autour de la transformation numérique de votre entreprise, ce blog vous donne une vision du paysage numérique français à travers des témoignages d’experts et le partage de la perception de Toshiba et de ses partenaires.

a écrit 156 articles sur Mon Entreprise Numerique.